Une fille de 8 ans arrachée à son pays, par Alexandre Maldonado, Lycée A. Artaud

En Arménie, elle avait tout pour être heureuse, on lui avait dit qu’elle était une star en herbe. Que vouloir de plus pour une petite fille de 8ans ? Elle chantait, dansait, faisait des shows et passait sur le petit écran. C’était son bonheur. Seulement, la vie était très difficile, surtout au niveau scolaire. Ses parents voulaient le meilleur pour elle, ils lui avait réservé un brillant avenir. Du coup, la petite famille a dû quitter le pays, et venir en France. Ils avaient rejoint leur grand-mère qu’ils n’avaient plus revue depuis si longtemps. C’était un mal pour un bien. Mais cela était une déchirure pour la petite fille : être arrachée à […]

Penseé d’une Tunisienne

Il faisait un jour d’hiver clair et agité , un froid aigu piquait le visage , faisait pleurer les yeux et l’air cru saisissait les poumons desséchaient la gorge , au bord d’une mer en révolte les souvenirs de ma jeunesse ont refait surface , moi vieillie maintenant , je voyais mon âme plongée dans les années 60 je revoyais l’image de la fille pimpante de jeunesse au blanc fichu , debout devant le père de la nation tunisienne le sauveteur Habib Bourguiba , cet homme à qui on doit le code du statut personnel et l’émancipation de la femme, j’ai été au comble du bonheur, lorsque ‘ il souleva […]

Marie d’Arménie

Marie d’Arménie

Marie, venue d’Arménie, a passé sa vie à chercher son fils disparu en 1915 lors du tragique exode des Arméniens. Pour commencer ce deuxième parcours, voici une histoire libanaise qui sort de l’ombre une femme que l’Histoire n’a pas épargnée. Audio in French

Le peintre d’Ayvalık (Turquie)

En rentrant après dîner, deux soirs de suite nous passons devant le tout petit atelier d’un homme, la cinquantaine. Un peintre. Le bâtiment industriel où il se situe est juste au coin de la ruelle de notre hôtel. L’homme a incroyablement arrangé le peu d’espace, le lieu à un côté New Yorkais mais en minuscule avec des murs en brique rouge. L’artiste travaille la nuit, il met la musique très fort. On entend sa chaîne depuis l’autre bout de la ruelle. Il est penché sur ses toiles. Il est tellement concentré qu’il ne nous voit même pas mon père et moi de l’autre côté de l’énorme façade vitrée. Indiscrets, on […]

Au Père Lachaise

De par l’histoire de ma famille, je n’avais pas connu mes grands-parents. Je n’avais donc pas vraiment de manque. Quoi que j’aime beaucoup les vieilles personnes, mais elles ne font pas partie de ma famille, voilà tout. Un jour quand j’avais 15 ans, comme une révélation, un fantôme qui se laisse enfin voir, j’ai réalisé la présence de ma grand-mère tout près de moi. Je veux dire que j’habitais à Paris, et ma grand-mère était (et est toujours) au columbarium du Père Lachaise. Quoi de plus facile que d’aller la voir ? On m’avait parlé d’elle. De la famille des héroïnes. Une belle personne, très forte, qui avait trouvé la […]

Moufik

Lorsque nous nous retrouvâmes enfin seules, réunies autour d’une table, dans un silence le plus absolu, ma tante me raconta une histoire. C’est l’histoire d’un mendiant – me dit-elle – qu’elle croisait fréquemment dans un coin bien précis d’Oran, la rue Ben Mhidi, à mi-chemin des arcades. C’était il y a 18 ans de cela, en 1994. Cet homme ne changeait ni de place, ni d’humeur. Il se faisait appeler « Amou Moufik », qui signifie tonton Moufik en français. Amou Moufik restait toujours la tête baissée avec un petit air triste. Ma tante ajouta, que ce n’était pas une personne très bavarde mais il essayait continuellement de montrer sa gentillesse extrême. […]

Il est mort seul

De ce côté de la famille, il ne restait plus que mon oncle et il est mort il y a deux mois. C’était un homme qui gagnait bien sa vie, occupait un poste de directeur général à l’inspection des impôts, et avait vécu avec ses deux sœurs célibataires jusqu’à ce qu’elles meurent. Puis une cousine avait pris la relève : elle faisait à manger et passait récupérer ses plats. Il ne préparait même pas une tasse de thé et il détestait le poisson, ce qui est étrange pour un Alexandrin. Ils l’ont retrouvé mort, par terre. Les médecins ont dit que cela faisait plus de trois jours qu’il était là. Cette […]

Promenade à Sfax

J’ai bu ce soir, ma dernière réserve de single malt y est passée. Je suis le seul à blâmer pour ce coup de blues : j’ai fait preuve d’une légèreté inexcusable aujourd’hui, qu’est ce qui m’a pris de vouloir « faire un tour « … comme ça … « pour m’aérer « ? Est-ce Chet Baker qui me susurrait malicieusement « let’s get lost » …il doit pourtant savoir qu’on risque de perdre plus que son chemin à se promener dans une telle ville. Dans le meilleur des cas, chaque excursion condamne mon humeur de la journée : impossible de circuler sans croiser la violence sous toutes ses formes, de […]