Dahu

Dahu s’était réveillé à l’heure comme chaque matin. Il devait relever les lignes de fonds posées la veille. Tout en avalant son café, il imaginait la moisson d’anguilles qu’il allait rapporter. Hector, le patron du bar restaurant du village, lui en commanditait toutes les semaines lorsque c’était la saison. Celui-ci confectionnait alors sa persillade, célèbre dans tout le canton. Dahu était son principal fournisseur, car aucune autre personne que lui ne connaissait aussi bien le marais. Depuis bientôt trente ans, ce dernier avait élu domicile dans une vieille cabane, dénuée de tout confort, sur un terrain que la mairie lui avait aimablement consenti. Certains disaient qu’il était advenu avec le […]

La vierge noire

Mon père avait acheté une maison à côté de Maché. Il la rénovait. En la rénovant un matin, il monta dans le grenier quand il trouva un carton. Dans ce carton, il trouva une vierge noire et des livres de la Bible alors mon père très inquiet alla voir le voisin. Il demanda s’il connaissait l’ancien propriétaire, il lui répondit que oui. Donc mon père lui expliqua qu’il avait trouvé une vierge noire et des livres de la Bible. Le voisin lui raconta qu’un soir il regardait par la fenêtre et il voyait le voisin avec des armes qui s’entraînait à la guerre dans les fossés qui se trouvait devant […]

Le repas chez le curé n’exclut pas la crise de foie

Ça s’est passé dans les années 60, par un dimanche de printemps ou d’hiver, ma mémoire n’a pas retenue ce détail. C’est le temps pas toujours confortable de la décapotable du prolo, la 2CV ! En particulier pour le 5ème passager. D’office la place arrière du milieu, sur la barre, lui est attribuée. Évidemment comme je suis la plus jeune, c’est tout naturellement que j’ai pu apprécier plus souvent qu’à mon tour la froideur, la dureté de cette barre de métal sur mon popotin. A l’avant dans la 2 CV, Joseph et Marie nous conduisent, les frangins m’encadrent sur le siège arrière, Alain l’ainé et Francis le cadet, toujours prêts […]

Rébellion du diablotin

Dans les années 50, la Vendée demeurait un département où l’église catholique s’imposait fermement. L’emblème des deux cœurs enlacés prenait alors toute sa signification… L’école Publique, donc laïque, était baptisée  » L’école du diable  » ! Pensez donc !! La ville de Challans, encore à l’état embryonnaire, comptait environ cinq mille habitants. La laïcité était toute relative puisque nos parents, ouvriers ou petits commerçants, n’osant pas trop se démarquer, trouvaient convenable que nous fassions notre communion solennelle. De ce fait, nous devions, chaque dimanche, assister à la grand’messe ! Cependant, les  » diablotins  » étaient un peu à l’écart,  » parqués  » sur un léger promontoire entouré d’une balustrade en […]

Transport scolaire

Je suis né en 1951 à Saint-Hilaire-des Loges, je suis allé à l’école primaire catholique du village à partir du cours préparatoire. Mes parents étaient agriculteurs. Comme mon père était le dernier enfant de la famille (le 11e), il est resté sur la ferme familiale, exploitant 17 hectares de polyculture. Il y avait 14 propriétaires sur les 17 hectares (tous de la famille) . A cette époque, peu, très peu de départs vers le collège. Sur 17 garçons dans la classe (les filles étaient à une autre école) seuls 3 ou 4 sont allés au collège. L’instituteur dit à mes parents qu’il serait souhaitable que j’aille en 6e. Mes parents […]

Chez Madeleine

Je suis né et j’ai grandi en banlieue Parisienne, toujours en banlieue. A 30 ans j’ai rencontré une Vendéenne. Au début j’y viens en vacances, chez mes beaux-parents à Saint-Julien-des-Landes. D’une banlieue de 65 000 habitants de tous horizons je passe à un bourg de 1 000 âmes toutes catholiques. A 30 mètres du pavillon il y a un calvaire. En Vendée, il y a autant de calvaires que de squats en région parisienne. Saint-Julien ressemble à n’importe quel village de la région, comme me l’explique mon beau-père qui comme les gens de la campagne a la sagesse des gens proches de la terre, du vrai sens des choses de […]

Les cyberdjinns du professeur Essaâfi

Les cyberdjinns du professeur Essaâfi

Les djins sont désormais partout, même dans les puces informatiques ! Ce pauvre professeur Essaâfi en a fait les frais et n’a jamais pu venir à bout de son livre consacré aux croyances dans l’Islam… Audio and text in French