Maudit destin

A l’âge de 11 ans, on trouve Kostakis en état de coma sur des escaliers, quelque part en ville. Le médecin légiste l’emmène à l’hôpital et il lui sauve la vie.  Il y  reste quelques jours dans l’intention d’être éloigné de son milieu familial ou se fait le trafic de stupéfiants. Malheureusement, il n’y pas d’autre solution pour l’enfant qui est obligé de rentrer chez lui. A l’age de 12 ans, il vient pour la première fois au Tribunal de Mineurs et il est mis en surveillance par le surveillant de Mineurs. Une relation très chaleureuse se tisse entre eux et l’enfant fait des efforts pour montrer son meilleur de […]

Demonic torture in a Libyan prison

Demonic torture in a Libyan prison

Rafram Haddad est un photographe israélien. En reportage en Libye sous le régime de Kadhafi, il raconte comment il a été arrêté par la police secrète, détenu et torturé pendant six mois dans les geôles libyennes. Dans cet enfer, seule la faculté de rêver lui a permis de tenir… Audio in English, text in French

La totale

La totale

Kader, un Marocain du Rif, débarque à Marseille avec deux kilos de cannabis et des rêves de fortune. Malheureusement, ce jour-là, du côté du Vieux-Port, la chance n’était pas avec lui… Une histoire à écouter sur ARTE Radio, partenaire du projet « Histoires vraies de Méditerranée » . Audio in French

Jail memories

Jail memories

Parfois, la tension est telle qu’un fou rire parvient à désamorcer l’angoisse. Palestinien originaire de Ramallah, Souleyman Khatib a été emprisonné en Israël dès son plus jeune âge. Il milite aujourd’hui au sein d’un programme pour le rapprochement israélo-palestinien. Video in English, text in French

Nunca más

Hace años, durante la guerra civil española, en Valencia, un hombre llamó a la puerta de casa de donde vivía mi bisabuela. Era el hijo del hombre más rico del pueblo, republicano, y los nacionalista acababan de matar a su padre y ahora iban a por el. le suplicaba que le dejase esconderes en su casa, ella aceptó. Durante las dos semanas que el hombre estuvo escondido en el altar de la casa, la policía llamó a la puerta varias veces preguntando por el. Ellos no hablaban mucho entre ellos ya que es estaba aterrado y no quería salir de su escondite, así que ella solo de daba la comida […]

Un jeudi à Ramallah

Cette histoire s’est passée en 1990. Je marchais dans la rue et j’ai été arrêté par un groupe de soldats israéliens qui patrouillaient. Ils m’ont demandé mes papiers, m’ont fouillé au corps, ils ont vu la faucille et le marteau sur le porte-clé, et en ont conclu que j’étais communiste. Ils ont commencé à frapper, à la tête, au corps, et à m’interroger pour savoir si j’avais une maison à Ramallah. Malgré les coups, je n’ai rien dit, car dans la maison il y avait des flyers communistes et une photocopieuse. L’organisation aurait eu des problèmes. Ils m’ont ensuite amené devant deux bâtiments, l’un de la résistance et l’autre du […]

L’enfant inconnu

En 1953 dans les montagnes de Kabylie, mon grand-père nommé Mohamed Arezki Belhocine soupçonné par l’armée française d’appartenir aux moudjahidines fut condamné pour 2 ans dans une prison se situant à Ain el hammam. A son retour à la maison en 1955 il fut acceuilli par toute la famille, enfants frères sœurs tous confondus.Il les connaissait tous sauf un petit garçon d’un an et demi voir deux ans. Il demanda alors à ma grand-mère : Qui est ce mignon garçon ? Elle lui répondit : c’est ton fils, quand tu es parti en prison tu m’as laissé enceinte, malheureusement tu n’a pas eu l’occasion d’assister à sa naissance. Il commença alors à pleurer […]

Soliloques emmurés

Il s’agit du premier poème écrit en prison après une année de détention préventive. J’ai commencé par écrire des demandes de grâce, des demandes de pourvoi en cassation, des suppliques de détenus condamnés à mort, des lettres au président de la République … tout ça en français. On commençait à me connaître au greffe de la détention parce que toutes les lettres étaient lues et comme les gardiens sont des arabophones, c’était la femme du Directeur qui contrôlait mon courrier. Elle a dû faire de grands progrès parce que je la renvoyais très souvent pour ne pas dire à chacune de mes correspondances, au dictionnaire. J’ai écrit également des lettres […]