Pèlerinage 20 ans après

Ce monument est inoubliable. Le jour ou je l’ai vu j’ai été impressionné par sa taille gigantesque. Ce bâtiment immense, son architecture a la fois imposante et douce me manque. Aujourd’hui une sensation m’envahis, un sentiment de manque. Une envie de revoir cette cathédrale si imposante. Je décide de descendre de mon village afin de revoir cette cathédrale inoubliable. J’arrive sur ce parking ou je m’étais arrête la première fois, fidèle a mon souvenir. Rien avais changé, les mêmes arbres au mêmes endroit toujours les mêmes bancs et toujours cette grande porte ouverte a tous. Le soleil brillait, la température était si douce qu’une brise de vent si fraîche venait […]

Une fille de 8 ans arrachée à son pays, par Alexandre Maldonado, Lycée A. Artaud

En Arménie, elle avait tout pour être heureuse, on lui avait dit qu’elle était une star en herbe. Que vouloir de plus pour une petite fille de 8ans ? Elle chantait, dansait, faisait des shows et passait sur le petit écran. C’était son bonheur. Seulement, la vie était très difficile, surtout au niveau scolaire. Ses parents voulaient le meilleur pour elle, ils lui avait réservé un brillant avenir. Du coup, la petite famille a dû quitter le pays, et venir en France. Ils avaient rejoint leur grand-mère qu’ils n’avaient plus revue depuis si longtemps. C’était un mal pour un bien. Mais cela était une déchirure pour la petite fille : être arrachée à […]

Le retour

J’ai la gorge nouée, le cœur serré. Je devrais normalement être heureuse d’être sur le chemin de l’aéroport, euphorique de rentrer définitivement chez moi, de retrouver les miens, ma famille, mes amis d’enfance …Pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraitre, je suis triste. J’ai du vague à l’âme, j’ai envie de pleurer. Il y a de cela maintenant cinq ans que je suis en Tunisie. Et pourtant j’ai l’impression que c’était hier ; hier que je suis arrivée ici. Je me rappelle de ce soleil luisant et de cette Tunisie en miniature que j’admirais depuis les hublots de l’avion. Elle semblait luire, scintiller, briller de mille feux sous les rayons […]

Journal intime de Nestor Monastyrev

Lors de la révolution russe en 1917, l’escadre de la Russie était placée sous le commandement du contre-amiral Behrens. Son équipage étant composé principalement de mencheviks, ne pouvait absolument pas revenir en Russie, par conséquence ils ont immigré avec leurs familles en Tunisie. Parmi eux, il y avait un écrivain et historien Nestor Monastyrev qui rédigeait un journal intime. Les textes ci-dessous correspondent aux premiers jours passés en Tunisie. Jour 151 : 15O jours passés sur la mer Méditerranée, 150 jours dans la misère et le désespoir, 150 jours ou l’espoir s’émiettait au fil des minutes. Et voila c’est fini ! « Je vois la Terre » – cria le […]

Souvenirs de Monastir : citrouille magique, sardines piquantes !

Je me souviens de Monastir. Je n’y ai habité seulement que 5 ou 6 semaines, tout au plus. J’avais 7 ou 8 ans à l’époque, l’âge de ma seconde fille. C’était il y a 30 ans, 3 décennies qui semblent une éternité. Que le vent a dû souffler et faire s’envoler le sable des falaises depuis ! Nous étions en famille, tous les cinq. Mon père que nous ne voyions jamais ; il était médecin, travaillait tout le temps, nous l’avions pour nous une semaine entière ! Ma belle-mère, qui venait d’arriver dans la famille ; ma mère nous avait quitté une ou deux années auparavant, partie d’un cancer sans que nous n’ayons finalement […]

Réveil d’un rêve

Après un trajet d’une heure qui me sembla une éternité, je descendis de l’autobus dans la rue principale de ma ville natale, je commençai à marcher en direction d’un petit immeuble de trois étages un peu délabré, entouré d’un jardinet négligé et dont les plantes sèches n’avaient pas été arrosées depuis longtemps. Comme j’avais un quart d’heure d’avance sur le rendez-vous fixé, je décidai de me balader dans le quartier où je n’étais pas revenue depuis des années. Je me retrouvai tout près d’une petite ruelle un peu à l’écart où je me souvenais que le beau gosse de la classe habitait, au numéro 5 pour être exact. Puis je […]

Passeggiata

Un forte vento di scirocco flagellava la costa già dalla notte precedente. Dura tre giorni, dicevano i pescatori, quando da piccola arrivava il vento dall’Africa. Arriva sempre in primavera oppure in autunno, come adesso. Le barche tirate in secca, giù sulla spiaggia, io me ne sto appollaiata in cima al promontorio che domina la baia da un lato, la caletta dall’altro. Alle spalle il mare aperto. Il mare, agitato dal vento, che fino a pochi giorni fa mi accoglieva tranquillo come l’abbraccio di una madre, oggi fa un po’ paura. Però a me piace anche così. Il mare d’inverno a volte mi piace più che d’estate, mi trasmette serenità… Che […]

Le cheval sous la mer

« ZEUS » rassemble toute son énergie pour mettre en branle ses moteurs, qui transmettent par l’arbre leur puissance à l’hélice laquelle s’apprête à couper en tranches des pelletées d’eau de mer en quantité suffisante pour me ramener au pays de mon enfance. Palerme recule dans le tourbillon d’eau troublée. Le navire cherche son cap vire et pointe sa proue sur la bouée de la Goulette. Huit heures me séparent du retour au pays natal. J’avais 14 ans quand j’ai quitté la Tunisie, à l’heure où l’histoire se déchire, c’était en fin de journée, mon père gare sa petite voiture sur le quai, au pied du petit cargo noir et […]

Southern shore – Northern shore

Rivage du sud – Rivage du Nord Southern shore – Northern shore Here they found themselves, on the Southern shore, four times a day – crossing, in a waking dream, the invisible bridge to reach the other side, the Northern shore. They were just like kittens, seeking a corner, a hollow in the white, blue and ochre town that seemed out of proportion; seeking a place where they could snuggle up, far from the noisy town with its plastic bags covering the sidewalks. Their house on the other side of words had but one chair. They went onboard, bringing along with them more images than the stories of their young […]

Fuir la paix

Toutes nos histoires se ressemblent… Demandez à n’importe quel Libanais qui a dépassé les trentaines, il n’a que le souvenir de la guerre. Cette guerre civile qui continue même sans combat, envahit notre mémoire collective. Chacun à sa façon. Il y en a qui ont participé à la guerre, d’autres qui sont restés malgré eux et qui ont enduré. Il y en des personnes qui ont fui, mais ils sont retournés de leur plein gré… Je suis de cette dernière catégorie. De ceux qui préfèrent vivre le pire mais chez « soi ». J’avais seize ans, je suis partie en voyage pendant l’été chez ma tante et mon oncle. J’étais […]