Le combat des justes

Voici le témoignage de mon père, Amara Benyounes qui relate un fait marquant de sa vie. « Le 29 juin 1994, notre parti politique, organise une marche qui réclame la vérité sur l’assassinat du Président Mohamed Boudiaf, tué deux ans auparavant. Ce rassemblement regroupait des milliers de marcheurs dont de nombreuses personnalités telles que l’actuelle Ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi ou encore le célèbre chanteur engagé, Matoub Lounès, qui sera lui aussi assassiné en 1998 par les terroristes. La foule progressait sur le parcours fixé, quant arrivés au niveau de l’entrée de l’hôpital Mustapha, l’effervescence et les cris des slogans scandés avec ferveur, furent interrompus par une déflagration. […]

Manifestation étudiante en Algerie

Lorsque ma mère, Sophia, était lycéenne en Algérie, une manifestation d’étudiants avait été organisée. Malgré être impliquée, ma mère n’osait pas s’y rendre par peur au possible chaos que provoqueraient les adolescents et la police. Elle décida alors de rester paisiblement à la maison. Peut de temps après le début de la manifestation, ma grand-mère, ayant l’esprit révolutionnaire, fut surprise de voir sa fille allongée sur le canapé, et s’en mécontenta fortement. C’est alors qu’un débat entre mère et fille eu lieu : « Tu va laisser les autres se battre pour tes droits, t’as pas honte ? » lui disait ma grand-mère. Se considérant fragile, ma mère insistait sur le fait que cela […]

Encore une guerre en Algérie?

Le 5 octobre 1988, à l’université de Bab Ezzouar , ma tante devait avoir cours de chimie à 14h. Elle arrive devant le préau de la salle de cours accompagnée d’une de ses camarades de classe et remarque que l’endroit est absolument désert. Elles attendent un peu et le professeur sort de la classe et leur dit que si elles ne sont que deux, il refusera de leur faire le cours. Elles décident donc de retourner à la cité universitaire où elles résidaient, et qui se trouve à 15 km de là. Elles arrivent donc au parking où elles sont sensées prendre le bus. Cette fois encore, la place est […]

Une journée d’école pas comme les autres

Je me souviens de l’année 2001. C’était une année très mouvementé à Tizi-Ouzou et partout en Kabylie. Tout commença le 18 Avril à la veille de la commémoration du printemps berbère célébrés le 20 Avril de chaque année et ce depuis 1980, où des gendarmes ont lâchement assassiné Guermah Massinissa, un jeune lycéen dans les locaux même de la gendarmerie de Beni-Douala. L’information se répand très vite, des centaines de personnes sortent dans la rue pour protesté à Beni-Douala d’abord puis afflue vers la ville de Tizi-Ouzou. Ces manifestations ont été vite réprimées par les CRS avec des gaz lacrymogènes et des balles réelles. Plusieurs morts et blessés ainsi que […]