Journal intime de Nestor Monastyrev

Lors de la révolution russe en 1917, l’escadre de la Russie était placée sous le commandement du contre-amiral Behrens. Son équipage étant composé principalement de mencheviks, ne pouvait absolument pas revenir en Russie, par conséquence ils ont immigré avec leurs familles en Tunisie. Parmi eux, il y avait un écrivain et historien Nestor Monastyrev qui rédigeait un journal intime. Les textes ci-dessous correspondent aux premiers jours passés en Tunisie. Jour 151 : 15O jours passés sur la mer Méditerranée, 150 jours dans la misère et le désespoir, 150 jours ou l’espoir s’émiettait au fil des minutes. Et voila c’est fini ! « Je vois la Terre » – cria le […]

Marie d’Arménie

Marie d’Arménie

Marie, venue d’Arménie, a passé sa vie à chercher son fils disparu en 1915 lors du tragique exode des Arméniens. Pour commencer ce deuxième parcours, voici une histoire libanaise qui sort de l’ombre une femme que l’Histoire n’a pas épargnée. Audio in French

Le cheval sous la mer

« ZEUS » rassemble toute son énergie pour mettre en branle ses moteurs, qui transmettent par l’arbre leur puissance à l’hélice laquelle s’apprête à couper en tranches des pelletées d’eau de mer en quantité suffisante pour me ramener au pays de mon enfance. Palerme recule dans le tourbillon d’eau troublée. Le navire cherche son cap vire et pointe sa proue sur la bouée de la Goulette. Huit heures me séparent du retour au pays natal. J’avais 14 ans quand j’ai quitté la Tunisie, à l’heure où l’histoire se déchire, c’était en fin de journée, mon père gare sa petite voiture sur le quai, au pied du petit cargo noir et […]

Zeus Palace

C’était une décision que j’avais prise il y a longtemps. Il y a des années. Je devais refaire le voyage en bateau de Palerme à Tunis. Celui que Rosaria San Marco, jeune veuve âgée d’une trentaine d’années, avait décidé de faire avec ses 7 enfants. Il y a plus d’un siècle. Un voyage sans retour. C’était quelques mois plus tôt, lors des obsèques de son mari Luigi qu’elle avait décidé de rompre, de tout quitter et de partir. Partir. Loin. Pour « la Mérica ». Peut être ne savait-elle pas situer sur une carte où était cette Mérica. Mais elle savait que là bas ce serait mieux qu’ici. Elle avait […]

Fuir la paix

Toutes nos histoires se ressemblent… Demandez à n’importe quel Libanais qui a dépassé les trentaines, il n’a que le souvenir de la guerre. Cette guerre civile qui continue même sans combat, envahit notre mémoire collective. Chacun à sa façon. Il y en a qui ont participé à la guerre, d’autres qui sont restés malgré eux et qui ont enduré. Il y en des personnes qui ont fui, mais ils sont retournés de leur plein gré… Je suis de cette dernière catégorie. De ceux qui préfèrent vivre le pire mais chez « soi ». J’avais seize ans, je suis partie en voyage pendant l’été chez ma tante et mon oncle. J’étais […]

Un espoir cerné

C’est une histoire vraie que je raconte. Une histoire un peu vieille mais qui risque de se rajeunir à n’importe quel moment. Une histoire qui peut être éternellement jeune et fraîche, mais moche. Il y a six ans, en 2006, pendant la dernière guerre Libanaise, j’ai quitté le pays deux semaines après le début, un sentiment de trahison m’enveloppant. Mais je n’arrivais plus à supporter non pas le Liban, mais l’injustice qui le grignotait. Je trouvais injuste et lamentable le fait qu’il soit victime d’une guerre à chaque fois qu’il commençait à oublier celle qui a précédé. Injuste mais compréhensible. Je sais bien que pour certains, ce pays pourrait être […]

L’argent ne fait pas le moine…

C’est une histoire d’un homme qui s’appelait Omar, qui vivait dans le même village que mon grand-père. Cette histoire date de 1956, date où Omar a quitté le village vers Alger, puis les Pays-Bas. Quand il est arrivé aux Pays-Bas, il ne connaissait rien, il était analphabète. Il est resté six jours sous un pont où il dormait à cause de la fatigue. Il était épuisé de faim. Il a rencontré mon grand-père qui l’a emmené avec lui à la maison où il vivait en collocation avec ses amis. Omar a commencé à travailler comme maçon. Après six mois, il a quitté la maison, il a loué une chambre ; […]

Moufik

Lorsque nous nous retrouvâmes enfin seules, réunies autour d’une table, dans un silence le plus absolu, ma tante me raconta une histoire. C’est l’histoire d’un mendiant – me dit-elle – qu’elle croisait fréquemment dans un coin bien précis d’Oran, la rue Ben Mhidi, à mi-chemin des arcades. C’était il y a 18 ans de cela, en 1994. Cet homme ne changeait ni de place, ni d’humeur. Il se faisait appeler « Amou Moufik », qui signifie tonton Moufik en français. Amou Moufik restait toujours la tête baissée avec un petit air triste. Ma tante ajouta, que ce n’était pas une personne très bavarde mais il essayait continuellement de montrer sa gentillesse extrême. […]