Une fin « idéale » ?

Cette histoire se déroula lorsque j’avais 13 ans. J’étais alors en 3ème, dans une école française en Tunisie. C’était la veille de la rentrée, journée que je détestais au plus haut point, mais pas cette fois-ci. J’avais aperçu une fille très charmante, et je ne pouvais m’empêcher de la matter, en espérant qu’elle soit dans ma classe. Devinez quoi ? Elle y était. Les premiers jours passèrent tranquillement. Je me doutais bien qu’il fallait que j’aille lui parler un jour, mais j’avais peur. Fait étrange, je ne l’avais jamais vue sourire depuis son arrivée ici. Je décidai de me jeter à l’eau, un jour, à la pause repas. Elle s’asseyait […]

L’amour vengé

Quelques années auparavant Joséphine était cette jeune descendante d’une famille riche, d’une intelligence frappante et d’une immense ardeur dans l’apprentissage. Elle était l’une des rares, peut-être la seule fille de Beit Chabab à recevoir son bac en ce début du XXI siècle. Elle voulait bien étudier les droits, mais naturellement son père n’accepta pas que sa fille de village n’allât seule vers la ville des loisirs « Beyrouth ». Ses ambitions pourtant la poussèrent à prendre les cours de ses amis, à se cultiver elle-même, elle écrivait des poèmes… Mais sans qu’elle le voulût, l’amour bouleversa son existence paisible. Elle allait alors commencer une nouvelle vie avec Menhem, SON Menhem, […]

L’enterrement dans quatre jours

William va avoir trente ans, il travaille dans le social à Marseille. Il a vécu toute son enfance en Nouvelle-Calédonie. Il m’a raconté cette histoire de deuil: Quand ma grand-mère meurt, nous sommes à Nouméa. Mon père se débrouille pour dégoter des places d’avion. L’enterrement est tendu. Le reste de la famille nous reproche de ne pas avoir donné de nouvelles, de ne pas s’être occupé d’elle. Le repas de famille est très désagréable. Mon père et son frère s’insultent. Un froid qui restera des années dans la famille. Plus tard, après quelques années d’étude en France, je suis de retour en Nouvelle-Calédonie. J’ai choisi mon terrain de maîtrise en […]

L’assassinat de Lounes Matoub

c’est un jour du moi de juin 1998,ça ces passés en Kabylie c’est était en plein mois de juin 1998,il fessais très chaud moi j’ai était entrain de faire ma sieste dans ma chambre elle était 15 h environ,et comme ma chambre ce trouve juste a cote de l’escalier qui mène au 1 ère étage dans notre maison,tout d’un coup j’entend des cris je me suis levé précipitamment et j’entend mon dire ils onts tuer matoub ils onts tuer matoub il répète plusieurs fois ,moi j’arrive pas a croire une telle nouvelle,j’avais directement les larmes au yeux, beaucoup de choses commence a entrer dans dans ma tète,ces fini pour la […]