Un jeudi à Ramallah

Cette histoire s’est passée en 1990. Je marchais dans la rue et j’ai été arrêté par un groupe de soldats israéliens qui patrouillaient. Ils m’ont demandé mes papiers, m’ont fouillé au corps, ils ont vu la faucille et le marteau sur le porte-clé, et en ont conclu que j’étais communiste. Ils ont commencé à frapper, à la tête, au corps, et à m’interroger pour savoir si j’avais une maison à Ramallah. Malgré les coups, je n’ai rien dit, car dans la maison il y avait des flyers communistes et une photocopieuse. L’organisation aurait eu des problèmes. Ils m’ont ensuite amené devant deux bâtiments, l’un de la résistance et l’autre du […]