Tu as 16 ans de souvenirs, par Maud, Lycée A. Artaud

Tu as 16 ans de souvenirs, tu habites Marseille en 2013. 9 ans pour grandir, 4 ans de calvaire et 3 ans de galère. De famille en famille, de rue en rue, le temps passe. Le paysage défile. Seule, perdue ou accompagnée. Tu te sens protégée par la vie. Et pourtant ? Si je peux vous raconter une de mes soirées qui m’a marquée, une de celles qui m’ont ouvert les yeux. Être sur ses gardes. 10h du soir, dans un salon de Chicha. Tu es avec deux amies, le sentiment de liberté au bout des lèvres. Et une crise d’euphorie intense maîtrisée par l’air oppressant et humide se présentant à […]

Une histoire « vraie », par Mourad, Lycée A. Artaud

C’était en 2007, nous avions prévu de partir en voyage, notre destination était Alger, en Algérie donc. Nous avions pris une compagnie réputée pour ses retards, et nous avions quitté la maison à environs 14 heures. J’avais très envie de retrouver mon pays natal, Alger… la ville blanche, ses côtes, ses quartiers, son accueil chaleureux et familial… L’avion arriva. Un Airbus A330-200, très bel avion, je me languissais d’être a bord, il était énorme, je restais bouche bée, émerveillé. Je ne bougeais plus, l’annonce de l’embarquement fut prononcée. A bord, le rêve continua. L’allée était comme ouverte à moi, je la traversai, le bonheur me sauta à la gorge, c’était […]

Espoir pour une vie gâchée

Qui n’a jamais eu ce sentiment ? Je suppose que tout le monde peut avoir cette sensation. Moi y compris. J’en témoigne là avec une histoire cruelle. C’est l’histoire d’une jeune fille nommée Maélia, elle vivait chez ses parents. C’est une fille très heureuse, pleine de vie, c’est une fleur qui enchante de son parfum. Elle a un rythme d’existence bien à elle. Elle est unique voilà tout. Et tout comme chaque demoiselle de son âge, elle se laisse remarquer, ses cheveux longs, sa taille élancée, sa beauté et ses rondeurs exaltantes. Sa famille la chérie énormément, elle reflète le bon exemple dans son entourage, studieuse, polie, jolie et bonne […]

Moufik

Lorsque nous nous retrouvâmes enfin seules, réunies autour d’une table, dans un silence le plus absolu, ma tante me raconta une histoire. C’est l’histoire d’un mendiant – me dit-elle – qu’elle croisait fréquemment dans un coin bien précis d’Oran, la rue Ben Mhidi, à mi-chemin des arcades. C’était il y a 18 ans de cela, en 1994. Cet homme ne changeait ni de place, ni d’humeur. Il se faisait appeler « Amou Moufik », qui signifie tonton Moufik en français. Amou Moufik restait toujours la tête baissée avec un petit air triste. Ma tante ajouta, que ce n’était pas une personne très bavarde mais il essayait continuellement de montrer sa gentillesse extrême. […]

L’enfant inconnu

En 1953 dans les montagnes de Kabylie, mon grand-père nommé Mohamed Arezki Belhocine soupçonné par l’armée française d’appartenir aux moudjahidines fut condamné pour 2 ans dans une prison se situant à Ain el hammam. A son retour à la maison en 1955 il fut acceuilli par toute la famille, enfants frères sœurs tous confondus.Il les connaissait tous sauf un petit garçon d’un an et demi voir deux ans. Il demanda alors à ma grand-mère : Qui est ce mignon garçon ? Elle lui répondit : c’est ton fils, quand tu es parti en prison tu m’as laissé enceinte, malheureusement tu n’a pas eu l’occasion d’assister à sa naissance. Il commença alors à pleurer […]