La renaissance d’un amour

C’est une vraie histoire que j’ai voulu mettre sous papiers pour dire ô combien L’amour sain, qui n’est pas taché de tartufferie, de mensonges et d’intérêts est merveilleux !!!! On est en 1967 à Sidi Belabes, ville se trouvant à 450 km à l’ouest d’Alger, L. Tayeb un jeune Belabéssein de 22 ans, plein de force juvénile, travaillait en qualité de surveillant dans un lycée de la ville. Un jour son destin le mit face à H. Fatiha, jeune lycéenne de 16 ans, en première année secondaire au lycée En Nadjah. C’était le coup de foudre entre les deux, et voilà que commença une très belle histoire d’amour, à la […]

Une fin « idéale » ?

Cette histoire se déroula lorsque j’avais 13 ans. J’étais alors en 3ème, dans une école française en Tunisie. C’était la veille de la rentrée, journée que je détestais au plus haut point, mais pas cette fois-ci. J’avais aperçu une fille très charmante, et je ne pouvais m’empêcher de la matter, en espérant qu’elle soit dans ma classe. Devinez quoi ? Elle y était. Les premiers jours passèrent tranquillement. Je me doutais bien qu’il fallait que j’aille lui parler un jour, mais j’avais peur. Fait étrange, je ne l’avais jamais vue sourire depuis son arrivée ici. Je décidai de me jeter à l’eau, un jour, à la pause repas. Elle s’asseyait […]

De l’autre coté de la Mer Méditerranée

Il était condamné… condamné à aimer cette inconnue, cette indigène qui n’était rien mais qui est devenue son essentiel, sa raison de vivre et d’exister. Tout a commencé dans ces petits lupanars, plus discret que son synonyme populaire maison close, ces demeures où résident tant de mystères… Il y allait souvent accompagné de ses camarades soldats, vivre en exil involontaire était une épreuve compliquée et dure. Ces jeunes combattants n’avaient pas réellement choisi leur sort, il leur a été attribué ainsi, faute de moyens et d’ambitions. Cela faisait approximativement deux mois qu’ils étaient sur les environs de Bizerte. Victimes de leurs destins, ils se sont retrouvés militaires en Tunisie lors […]

Amours clandestines

 » (…) Ariane, la vive, la tournoyante, l’ensoleillée, la géniale aux télégrammes de cent mots d’amour, tant de télégrammes pour que l’aimé en voyage sût dans une heure, sût vite combien l’aimante aimée l’aimait sans cesse, et une heure après l’envoi elle lisait le brouillon du télégramme en même temps que lui, pour être avec lui, et aussi pour savourer le bonheur de l’aimé, l’admiration de l’aimé.  » A. Cohen – Belle du seigneur Avoir un jour treize ans à Tripoli. Fin des années soixante-dix. Antichambres d’adolescentes. Verrouillées. Cloîtrées. Jeunes femmes en devenir. Surprotégées. Papillons cachés derrière des volets clos. Il fait très chaud en ce mois d’Août tripolitain. Ecrasée […]

Rêves prémonitoires

C’est l’Histoire d’un ami à mon cousin . Cette histoire date de 2006 à Alger. Mon cousin, était dehors avec ces amis, quand il y’a un de ses meilleurs amis, qui passe devant eux, sans rien leurs dire . Mon cousin à remarqué que celui – ci était triste et énervé à la fois .. Il est parti alors lui parler .  » – Amine ! Amine ! .. Tu vas bien ? – Non ça va pas mec . – Ben va y raconte, tu sais que tu peux te me dire mon frère . – Bon je vais te raconter .. Histoire un peu bizarre mec . Ben, […]

Soliloques emmurés

Il s’agit du premier poème écrit en prison après une année de détention préventive. J’ai commencé par écrire des demandes de grâce, des demandes de pourvoi en cassation, des suppliques de détenus condamnés à mort, des lettres au président de la République … tout ça en français. On commençait à me connaître au greffe de la détention parce que toutes les lettres étaient lues et comme les gardiens sont des arabophones, c’était la femme du Directeur qui contrôlait mon courrier. Elle a dû faire de grands progrès parce que je la renvoyais très souvent pour ne pas dire à chacune de mes correspondances, au dictionnaire. J’ai écrit également des lettres […]