Le projet Histoires vraies de méditerranée part de l’idée toute simple de créer une bibliothèque d’histoires vraies des gens vivant autour de la méditerranée, dans toutes les langues parlées et écrites (dont la , afin de considérer cette mer non pas à travers les particularismes de ses différents pays mais dans une écoute globale des individus qui la composent. Le sujet n’est pas la mer. Ce sont les hommes sur les rochers qu’il faut entendre, écrit François Beaune dans La Lune dans le puits, le premier recueil publié d’histoires vraies. Cette bibliothèque s’est conçue dès le départ comme un pont pour et entre les individus de la méditerranée.
Le processus de création des histoires vraies se fait en deux phases : collecte puis restitution.
Le site-bibliothèque est le réservoir de matières premières (textes, sons et vidéos), la base de donnée libre de droits, de type copyleft, accessible à tous, dédié à la fois à la consultation en ligne du grand public, mais aussi aux professionnels, artistes, chercheurs venant s’en nourrir pour leurs travaux de création et de compréhension de ce monde.
Afin, comme l’a initié François Beaune en se rendant un mois dans chacun des pays entre décembre 2011 et Avril 2013, de partir à la rencontre des populations et de continuer la collecte des histoires, il s’agira dès 2015 d’envoyer écrivains, artistes, chercheurs sur le terrain dans différentes villes et villages des pays qu’ils souhaitent pénétrer, découvrir, au plus près de la population.

Les enjeux de ce projet sont de taille. Le projet devra être une véritable entreprise de traduction de tous les bords de cette mer, de l’Amazigh au Turc, de l’Hébreu au Sarde, sans parler de tous les Arabes qui viennent enrichir l’Arabe classique, écrit, de l’espéranto ou de la langue des signes.
Ce projet international, à la fois transmedia et pluridisciplinaire, mobilise des savoirs et expériences dans les nouvelles écritures numériques. Il nécessite la collaboration de gens de pays et langues différents, la création d’une communauté d’artistes, écrivains, traducteurs, chercheurs ayant la même volonté d’apporter un peu de sens à cet espace géographique, mais aussi d’une communauté plus vaste de libraires, d’associations, de maisons de retraite, de lieux de recherche, de lycées, écoles, universités, de clubs de sport… qui chacun à son niveau contribuera à la collecte et à la restitution de ces histoires vraies.

Comme disait Balzac, « on n’a pas tous la Comédie Humaine à écrire – heureusement les gars ! car ça prend un temps fou ! – mais on a tous au moins une histoire vraie à confier au reste du monde ! »
A partir de cette évidence, nous avons voulu bâtir une vaste et ambitieuse bibliothèque multimédia d’histoires vraies de la méditerranée, en proposant à chacun de participer à sa manière à son élaboration, en déposant une histoire, collectant des histoires, traduisant une histoire dans sa ou ses langues, en accueillant un auteur chez lui ou tout simplement en adhérant à l’association HVM, en la soutenant de son mieux.

Avec l’équipe, et notre super collectif d’auteurs, qui ne demande lui aussi qu’à s’épanouir, nous avons longtemps réfléchi à quel sous-titre associer au titre de cette bibliothèque, Histoires vraies de Méditerranée, qui nous semblait particulièrement clair et didactique. Voilà pèle-mêle les sous-titres auxquels vous avez échappé :

Site échangiste d’histoires
Enfin un site laïc où tu peux te confesser !
Site de rencontres de textes voix vidéos et plus si affinités
Confessionnal laïc, féministe et homophile,
sans distinction de langue ni de pays

Juste pour vous donner une idée de l’ampleur du projet ! D’ailleurs très vite et très spontanément, de grands noms ce sont associés à l’aventure :

Aristote : « Histoires vraies, c’est le plaisir de la confidence. »

Karim Benzema : « Franchement ce site, c’est l’anti-facebook que chacun attendait ! En plus il y a des vidéos ! »

Saint Augustin : « Une psychanalyse gratuite ! Et tu peux faire ton yoga en écoutant les autres ! »

Pamela (une copine en Sicile) : « Pour moi c’est comme faire mon devoir de confession, sauf que ça reste entre hommes. »

Alexandre le Grand : « Cette nouvelle bibliothèque des habitants de la méditerranée… voilà une chouette idée… que j’aurais aimé avoir eu !… d’ailleurs je crois qu’elle est de moi à la base… »

Georges Brassens : « Parmi le récit de nos vies, quelles seraient ces histoires qui nous tiennent à cœur, qui nous sont chères, qu’on conserve précieusement dans nos petites mythologies personnelles, et qu’on aurait envie ici de partager avec le reste du monde ? Bonne question, hein ? Pas évident… »

Omar (un pêcheur marocain) : « Une histoire vraie, je vais te dire mon petit père, ça s’invente pas ! »

Ibn Batouta : « Comme disait Brassens, tout est dans le choix à faire, de cette première histoire marquante de l’enfance à notre plus belle d’amour, de cette tragédie d’un jour ou d’une vie à cette vieille histoire de famille incroyable… »

Michel-Ange : « J’adore le projet ! Et surtout leur slogan, l’être humain qui serait la seule vraie œuvre d’art ! Je suis d’accord à 200%. ».

La vie d’une Histoire vraie – Le processus de collecte/restitution

L’histoire, une enregistrée ou écrite, sera déposée par le collecteur tel quel sur le site (texte, son, vidéo), s’il est d’accord bien sûr avec les conditions générales d’utilisation, qui stipulent que le geste de partager une histoire est un don, qu’ensuite nous sommes tenus au courant de la vie de notre histoire mais qu’elle ne nous appartient plus, qu’on la cède afin de rejoindre la mer des histoires et pouvoir ainsi voyager librement.
Elle sera ensuite validée par un modérateur de l’équipe histoires vraies. Nous ne jugerons pas de la qualité de l’histoire, du style ou du contenu (à moins que ce soit raciste), car même une histoire mal racontée ou encore apparemment banale peut être intéressante au sein d’une quantité, révélatrice d’une réalité dans l’ensemble des histoires collectées.
Elle pourra être ensuite traduite dans toutes les langues de la méditerranée par les adhérents à l’association, afin de se faire comprendre partout.
En fonction de sa pertinence, elle pourra être éditorialisée par nos bibliothécaires sous la forme de thèmes, ou servir de matière première à des restitutions (livres, spectacles, films, musiques, articles en sciences humaines, etc…)
Histoires vraies crée une archive libre de droit, abritée par le MuCem, Musée des Civilisations de Méditerranée, que le collectif d’auteurs impliqués dans le projet aura à charge de faire vivre, de restituer à l’ensemble de la population méditerranéenne et mondiale, à travers publications, articles, créations visuelles, sonores, spectacles, lectures, etc…

Les histoires seront également accessibles via l’application mobile Raconte-moi une histoire vraie (encore en cours d’élaboration) et pourront continuer leur voyage à travers des sites partenaires, publications, émissions radiophoniques tout autour de la méditerranée.

Comme disait mon grand-père, on n’a pas tous un roman à écrire,
mais on a tous une histoire vraie à partager !

François Beaune

Ce site Internet est une bibliothèque d’histoires vraies ouverte aux habitants de la Méditerranée.
L’idée de ce projet est de collecter, durant toute l’année 2012, un maximum d’histoires vraies dans les langues des 13 pays qui bordent la mer Méditerranée, afin de créer une grande bibliothèque d’histoires vraies. Vous pouvez les déposer sous forme écrite, sonore ou vidéo. Cette bibliothèque permettra de restituer ces histoires en 2013 sous diverses formes artistiques : livre, création sonore, théâtre, vidéo, lectures publiques… afin de les partager avec le grand public.

Qu’est-ce qu’une histoire vraie ?
Une histoire vraie est une histoire courte (moins de 5 pages ou moins de 10 minutes), avec un début et une fin, qui vous est arrivée personnellement ou que l’on vous a raconté, qu’elle soit drôle ou triste : quelque chose de curieux, d’intrigant, d’inattendu.
Une histoire vraie est une anecdote importante, qui fait sens dans notre mythologie personnelle, qu’on a envie de partager avec le reste du monde.

Mode d’emploi
Les histoires vraies peuvent être déposées sur le site dans une de ces 10 langues : anglais, arabe, berbère, catalan, espagnol, français, grec, hébreu, italien, turc.
Les histoires peuvent prendre la forme d’un texte (5 pages maximum), d’un son ou d’une vidéo (10 minutes maximum). Elles peuvent également être accompagnées de photos.
On peut déposer une histoire vraie depuis n’importe quelle ville ou pays du monde. Le sujet est libre et il n’y a aucune obligation à ce que l’histoire soit liée à la ville où elle est racontée.

Les histoires vraies qui sont mises en commun dans la bibliothèque sont à tout le monde. Chacun pourra se les approprier. C’est pourquoi nous vous demandons de remplir obligatoirement un formulaire pour déposer votre histoire et nous permettre de vous tenir informés de ce qu’elle deviendra en 2013 ! Merci.

Dépose une histoire