Les chiens qui glissent

C’était la deuxième année de médecine. J’ai décidé de louer. Une fille partait et j’ai pris sa chambre. Les deux autres locataires de l’appartement étaient en vacances cette semaine. La fille qui m’a laissé sa place m’appelle, me dit que des amis à elle vont rester quelques jours. Je m’endors. A minuit, beaucoup de bruit me réveille : ce sont eux. Le lendemain je me lève, prépare le petit déjeuner et vais le manger dans le salon. Un gros chien me regarde manger. Quatre personnes dorment par terre. Je vais travailler jusqu’à 8 heures. Quand je rentre, il y a deux gros chiens et un petit. Le lendemain le petit a […]

Appel à prendre les pinces

Je reçois aujourd’hui de mon pote Frédérick Houdaer (http://houdaer.hautetfort.com/) cette histoire vraie pleine d’espoir, beau fait-divers charentois mettant en scène une vieille demoiselle de Rochefort qui a eu le courage de prendre les armes pour saboter les nappes sonores pestilentielles de Noël : Hier après-midi, raconte Benoît Martin pour le quotidien Sud-Ouest, rue Gambetta, en plein centre-ville de Rochefort, une mamie a pété un plomb… « Mon beau sapin, roi des forêts… Que j’aime ta ramuuuuuuuureuuuuuuuuuuh… » L’appartement de la dame est situé au premier étage. Sous sa fenêtre, l’association des commerçants a installé un haut-parleur qui diffuse en continu, depuis trois semaines, de 10 heures à 19 heures, la traditionnelle mélopée de […]

La bouillabaisse infernale

Ça y est, ArteRadio, la webradio la plus louche du réel, a mué d’interface : http://www.arteradio.com/ Pour ArteRadio, je réaliserai au cours de l’année 2012 treize sons, treize histoires vraies des treize pays visités au cours du voyage, qui seront audibles dès janvier 2013… Mais en attendant, voilà cette première histoire vraie collectée cette année à Marseille, racontée à quatre voix par les protagonistes, et montée/mixée par Arnaud Forest. Cela s’intitule La Bouillabaisse infernale…

Nilda Fernandez

Nilda Fernandez était en concert hier soir à l’Institut français de Barcelone. Vous vous souvenez de ce tube du début des années 90, Nos fiançailles ? C’était lui : En ouverture du concert, et comme par un de ces miracles du hasard, Nilda nous explique qu’il va nous raconter une histoire vraie, qu’il a utilisée pour écrire la chanson Entre Lyon et Barcelone, une expérience qu’il a vécue il y a longtemps à Valence, en attendant le train : c’était la première et dernière fois qu’il commandait un hamburger, esta porqueria. Puis au milieu du concert, Nilda nous raconte cette belle anecdote : Je devais faire une télé, à Ginebra […]

Les Monte-baisse

Je redécouvre hier soir au hasard, sur la toile, les Montebaisse, ces luminaires à poulies et contrepoids de porcelaine qui se règlent à la main. Je me souviens cette table en bois chez un ami, qui avait son monte-baisse. Idéal pour éclairer l’Entresort.