Le temps flou d’Un village anatolien, une histoire vraie de Mahmout Makal

En attendant de retrouver Akham Seref, je finis de lire le récit de la vie des habitants d’Un village anatolien, collection Terre humaine, raconté par Mahmout Makal, instituteur de village aux prises avec les archaïsmes de la société paysanne traditionnelle dont il est issu et à laquelle il participe encore au jour le jour. Un passage m’arrête particulièrement, car il me fait penser à l’histoire d’Akam et à ce rapport flou au temps et à l’histoire qui était naturelle mais que l’instituteur ressent à juste titre comme un obstacle au progrès des campagnes: A la salle commune du village – où se réunissent pendant des semaines les journaliers pour jouer aux osselets […]

Avis de recherche: Ackam Seref, Lyonnais de 10 à 28 ans, serait aujourd’hui à Izmir

Avant de quitter Lyon l’autre jour, je vais casser la croûte à la Brasserie Georges, et au fameux moment du baba au rhum avec supplément rhum à volonté (un truc de Lyonnais à ne pas dévoiler), mon pote Philippe me dit qu’il a quelque chose d’important à me confier : tu vas à Izmir, j’aimerais que tu fasses quelque chose pour moi. J’avais un ami, un ami d’enfance, de la sixième, qui s’appelait Ackam Seref. C’était un type extraordinaire. Je ne l’ai pas vu depuis vingt ans, il a disparu, mais les dernières nouvelles que j’ai eues de lui, c’était pour me dire qu’il était retourné dans sa ville natale, à Izmir. […]

Pas de saucisses au pays des kebabs

Après un premier tour d’horizon de cette grande ville, voilà que dans la rue piétonne de l’Indépendance je tombe sur ce magnifique vendeur de kebabs, qui a eu l’ingéniosité d’appeler son magasin par la négation Patsosis (« pas de saucisses ») pour expliciter le contenu de ses sandwichs. Imaginez un resto chic parisien qui se nommerait: « Ici on ne vend pas des merguez ». La créativité marketing des Turcs n’était donc pas exagérée. Ici avenue Istiqlal, le post-modernisme a déjà mis les charentaises.

Dix minutes d’éternité

Me retrouvent dans une clinique pour des troubles de takki cardi,le cardiologue me propose une ablation par radio frequente ! le deux juillet 2007 ,je me trouve au bloc,l’intervention ce passe mal,je me retrouve avec une bulle d’air dans le coeur arret cardiac 10 minutes de réanimation ! je me retrouve dans un gigantesque univers avec un amour inconditionel,je vois mon corps astral a travers un regard ce regard fait le tour de ce corps qui est le mien,dans la tete de ce corp aucun souvenir un present hors du temps ! un message parvient de je ne sais ou peut etre par une pensée,il disait qu’il me trouvais naive […]

Au Père Lachaise

De par l’histoire de ma famille, je n’avais pas connu mes grands-parents. Je n’avais donc pas vraiment de manque. Quoi que j’aime beaucoup les vieilles personnes, mais elles ne font pas partie de ma famille, voilà tout. Un jour quand j’avais 15 ans, comme une révélation, un fantôme qui se laisse enfin voir, j’ai réalisé la présence de ma grand-mère tout près de moi. Je veux dire que j’habitais à Paris, et ma grand-mère était (et est toujours) au columbarium du Père Lachaise. Quoi de plus facile que d’aller la voir ? On m’avait parlé d’elle. De la famille des héroïnes. Une belle personne, très forte, qui avait trouvé la […]

Des histoires vraies OMNIBUS à la télé (première liste)

Pierre Bourdieu écrit qu’une part de l’action symbolique de la télévision (…) consiste à attirer l’attention sur des faits qui sont de nature à intéresser tout le monde, dont on peut dire qu’ils sont OMNIBUS – c’est-à-dire pour tout le monde. Les faits OMNIBUS sont des faits qui, comme on dit, ne doivent colloquer personne, qui sont sans enjeu, qui ne divisent pas, qui font consensus, qui intéressent tout le monde mais sur un mode tel qu’ils ne touchent à rien d’important. Ensuite Bourdieu prend l’exemple du journal télévisés, qui font en sorte que les phénomènes sanitaires et climatiques occupent la place essentielle, puis les petites phrases de la politique […]

L’aumône qui l’a guéri, une histoire vraie qui relève du miracle

L’aumône qui l’a guéri, une très belle histoire vraie (c’est le titre de l’histoire sur YouTube) raconte, barbe à l’appui, à quel point la foi peut faire des miracles : http://www.youtube.com/watch?v=w28NQ4dFLv8. L’image de dénuement de l’histoire est particulièrement touchante : une femme ramasse des os et du gras devant une boucherie pour ses cinq enfants qui n’ont jamais connu de viande. Comment ne pas avoir pitié d’elle ? Un homme qui va se faire opérer du cœur, voyant cela, ordonne qu’on lui serve deux kilos de viande pendant un an. Sur ce il revient en Angleterre se faire et son cœur est guéri par sa bonne action et les prières de […]

Une odeur de spectre

Le trois juillet 1992, mon père est en train de mourir du Sida à l’hôpital. Je lui rends visite l’après-midi, c’est très dur, il est resté très peu de temps, de vraies odeurs de mort sortaient de son corps. J’ai quitté la chambre et je l’ai vu dans ses draps puis drapé dans un linceul. J’ai rencontré le grand chef Willy Rosenbaum devant l’hôpital. Je lui ai dit que j’étais la fille de mon père. Il était au bras d’une jolie femme. Je lui ai demandé quand il allait mourir. Il m’a répondu, désinvolte : si vous pensez qu’on peut savoir ces choses-là… J’étais jeune, j’avais vingt et un ans, j’ai […]

Le diary du New York Times

Les histoires vraies sont partout bien sûr, il n’y a qu’à se baisser : sur la toile, dans les quotidiens, à la télévision (les émissions dites de réalité et les talk shows proposant des histoires vraies sont légions). Le Diary du New York Times est une chronique hebdomadaire d’histoires vraies des lecteurs du quotidien : For nearly 36 years, Metropolitan Diary has been a place for New Yorkers, past and present, to share odd fleeting moments at Bloomingdale’s, at the deli around the corner, in the elevator or at the movies. Since its debut, overheard conversations have shifted from the backseat of Checker cabs to Crown Vics, from pay-phone booths to cellphones and […]