Coiffeur Margherita a Palermo

Coiffeur Margherita a Palermo Il luogo dell’infanzia per eccellenza era la parruccheria di mamma. Antro caldo e ospitale, un secondo ventre materno. Lieve l’odore di balsami si mescolava all’odore acre dei liquidi per la permanente. I suoni erano quelli del soffio tiepido dei phon, il chiacchiericcio delle clienti, delle ruote dei carrellini porta bigodini, lo scatto di chiusura dei caschi. Sotto il casco era possibile isolarsi nel calore. Era come andare in una navicella spaziale, viaggiare dentro una galassia ogni volta diversa e se eri arrabbiato, triste, deluso, sprofondavi nei tuoi pensieri. Spiavi le labbra della mamma e delle clienti che sotto l’alito protettore del phon, svelavano segreti, tradimenti, in […]

Tre uomini in Spiaggia

Valeria aveva diciannove anni e si preparava a vivere la sua stagione più felice. Si era appena diplomata e questo, se da un lato aveva ritardato le sue vacanze al mare, dall’altro le avrebbe permesso di goderne appieno, avendo raggiunto il suo primo obiettivo di una certa importanza. Se a questo si aggiungeva il fatto di aver incontrato, qualche mese prima, l’uomo della sua vita, si poteva ritenere veramente soddisfatta, in pace con se stessa e il mondo intero, pronta a vivere serenamente quel mese di vacanza al mare, senza desiderare niente di più. Questo la rendeva più sicura di sé, più allegra e bendisposta verso gli altri e, sicuramente, […]

C’est qui au volant ! Le chauffeur ou le Député ?

Une histoire qui date des années soixante dix, mon oncle paternel était le chauffeur du député de la région et ce député était un citoyen de mon village Hammana. Comme vous savez, la norme veut qu’on se mette au côté droit sur le banc de derrière de la voiture et non pas près du chauffeur. Oncle Raymond, bien connu par son humour a fait un pari avec les chauffeurs des autres députés : « Je vais me mettre à la place de M. Le Député à droite et lui, il va conduire ». « Mais, comment Raymond ?? C’est impossible ! » les autres chauffeurs ont répondu. Mon oncle a […]

Un épisode de ma vie

La vie est une grâce divine ! L’important c’est de savoir préserver cette grâce avec dignité et amour, surtout quand on grandit sous les ailes d’une Mère et d’un Père qui ont porté les valeurs humaines les plus précieuses et qui ont su transmettre ces valeurs à leurs enfants ! Ces valeurs quand elles sont vraies, restent inébranlables devant l’hypocrisie du destin ! Je parle de l’hypocrisie du destin, parce que je n’ai jamais pensé que ce bel épisode de ma vie intitulé « Mâcon », va être ébranlé par la vérité la plus dure à supporter dans la vie : la mort ! Des étapes funèbres ont jalonné mon […]

Le vrai spam du mois de janvier

Monsieur ADEGBINDIN ALADE (fibsardegna@tin.it) m’écrit donc hier que (j’ai corrigé les fautes d’orthographes pour améliorer la lecture): Suite a des formes de menaces qui peuvent planer; Sur des humains quel que soient leurs positions Administratives où commerciales; Nous temple spirituel AIDOHOUEDO; Avons pris la décision d’assister toutes personnes en danger; Ou victime d’une situation quelque soit sa nature. Après une inspiration et des  révélations par des esprits. Qui nous incarnent. Spécialisés dans la lutte contre les choses occultes. Avec la mise en place des produits comme: -Puissante bague d’attraction amoureuse, la sorcellerie et la Magie noire. -Puissant charme pour reconquérir un ex partenaire. Qui vit déjà avec une autre personne. -Puissante bague […]

Si je t’oublie O, Opérette… c’est pour toi l’Opéra !

Lorsque j’etais enfant, je demandais toujours a mon pere… « Alors qu’est-ce qu’on fait ..maintenant ? … » On sortait du marche aux Timbres, a Franklin Roosvelt, on avait attendu pour la traditionnelle séance du spectacle de Guignol, tout a cote …mais le desir de voir toujours plus et toujours autre chose m’habitait deja. Mon pere etait « Champion du monde du Dimanche Apres Midi reussi  » aussi ne se decourageait -il jamais face a mes bouilles interrogatives. « Alors…Qu’est ce qu’on fait…? .. » Ainsi, on allait regulierement dire bonjours aux crocodiles a Daumesnil – Mon pere affirmait qu’il y en avait un qui etait bien malade. Je compatissais. On allait aussi dire bonsoir […]

Pastis d’onze heures

Nous faisions les vendanges entre Aix et Aubagne et parlions, lors de la pause, du mariage et mariage arrangé Fatia dit « Si mon père veux me marier avec un vieux de 60 ans, je peux pas dire non. – He bien, lui dit le patron, tu te maries et tu lui fais boire le bouillon d’onze heure ! – Le bouillon d’onze heure ? non c’est le pastis qu’on boit à onze heure ! » Gromika – Texte / Text Histoire écrite en français / Story written in French