Histoire vraie, par Linda, Lycée A. Artaud

Je vais vous raconter le parcours migratoire de mon grand-père tel qu’il me l’a raconté. Tout d’abord mon grand père est né en 1940 en Algérie. Après l’indépendance en 1963, il a décidé de quitter l’Algérie momentanément dans le but de trouver du travail.  Il s’est donc rendu dans la ville de Vichy en France alors qu’ il avait 23 ans. Il a travaillé dans une usine de bouteilles d’eau. Ensuite c’est dans cette ville qu’il a rencontré ma grand-mère, qui, elle aussi, est née en Algérie. Mes grands-parents se sont mariés en 1966. En 1967, les parents de ma grand-mère, mes arrières grands-parents, décidèrent d’aller habiter à Marseille afin […]

Le voyage de toute une vie, par Nicolas, Lycée A. Artaud

Il habitait depuis 20 ans environ à Tunis, en Tunisie, il était marié et avait deux enfants. D’origine italienne et tunisienne, il avait de la famille en France et en Italie ;  il voulait les rejoindre en France, mais comment ? Il a fait des économies pendant trois mois ;  il a ensuite pu acheter quatre allers simples en bateau pour Marseille avec toutes ses affaires pour s’installer là-bas peut-être définitivement. Sa famille était prévenue et l’attendait avec impatience. Il a dormi pendant un mois et demi chez son cousin. En tant que plombier, il put enfin ouvrir son entreprise de plomberie. A Tunis, il était aussi plombier mais n’était pas […]

Mon grand-père pastré, par Alex, Lycée A. Artaud

J’ai interrogé mon grand père qui m’a raconté le parcours un peu spécial de son grand père maternel: Son grand père , abandonné à la naissance et recueilli par l’assistance publique sous le nom de «Castagnino» arrivé à l’époque des châtaignes puis adopté par une famille très pauvre de pastrés (éleveur de vaches laitières). Cette famille a immigré en France et lui en Amérique par un bateau. Après avoir fait divers métiers, il s’est retrouvé à travailler pour un patron boucher pas très honnête qui se livrait fréquemment au commerce de bêtes atteintes de maladies. Ce marché illicite ayant été découvert par les autorités, le patron boucher lui proposa le […]

Tu es venue t’installer en France, par Inès, Lycée A.Artaud

Tu es venue t’installer en France, à Marseille parce que tu t’étais mariée avec un homme qui ne t’aimait pas. Pourtant, pour lui tu as quitté ta famille, tes amies, ton confort et ton pays. Pourquoi as-tu été si surprise quand tu es arrivée? Pourquoi te laissais-tu faire par cet homme? Pourquoi tu te laissais faire quand il t’interdisait de sortir? Il a fallu qu’il te frappe et qu’il frappe l’une de tes filles pour que tu réagisses; pour que tu partes de chez toi. Vous êtes venus à la maison ; je m’en souviens encore et pourtant j’étais petite. Je me souviens même que ta fille appelait mon père […]

Histoire vraie, par Anaïs, Lycée A.Artaud

Le 12 mars 2011, une journée parmi tant d’autres. J’ai 14 ans, je suis jeune et plein de vie, jusqu’au moment où ma vie va basculer en quelques instants. Je suis victime d’un arrêt cardiaque et d’une anoxie de 30 minutes. Mon cœur ne bat plus, mon cerveau ne fonctionne plus, je tombe dans un coma profond qui va durer 4 mois. J’entends les médecins perdre espoir et dire à ma mère qu’il n’y a plus rien à faire pour moi et qu’il vaut mieux éteindre les machines qui me maintiennent en vie. Ma mère refuse. Quelques jours plu tard ma marraine me rend visite, je l’entends chanter la musique […]

Parcours migratoire, par Lina, Lycée A. Artaud

Un soir je demandai à ma mère de me raconter son parcours migratoire, alors elle commença : – » Tout a commencé à l’aube de mes six ans en 1983 quand, pour la première fois, j’arrivais en France en quittant mon pays d’origine : l’Espagne. Ma mère débarquait avec pour seul bagage ses trois filles, un divorce sous les bras et pleins de regrets d’avoir dû abandonner l’Espagne, ce pays qui l’avait accueillie en 1979 et qu’elle adorait tant. Mes premiers pas sur le sol français du haut de mes six ans furent pour moi de grandes vacances. Mon innocence à ce moment là, ne me permettait pas de réaliser que […]

Madame Odette Fouilhé, 100 bougies, par Lisa, Lycée A. Artaud

Madame Odette Fouilhé avait 32 ans ce triste jour d’hiver 1944. Elle travaillait depuis 10 ans dans son salon de coiffure de son petit village de Lamalou les bains dans l’Hérault lorsque les allemands réquisitionnèrent certains hôtels et maisons du bourg. « Ils  n’étaient pas méchants mais je ne voulais avoir aucun contact avec eux » disait-elle lorsqu’elle évoquait cette époque lointaine. Pourtant, un après midi de janvier, deux d’entre-eux sont entrés dans le salon. Mme Fouilhé leur a demandé de sortir en précisant que « jamais aucun allemand ne serait coiffé dans son salon ». Le lendemain, elle fut arrêtée et enfermée durant plusieurs jours. Lorsqu’elle fut libérée, elle […]

Mon papa et moi, par Lory, Lycée A. Artaud

Un matin de 2004, il n’était pas bien, il était faible. Maman était en panique ; lui me disait de ne pas m’inquiéter, que tout irait bien. Je ne comprenais pas tout à vrai dire. Il se préparait comme tous les matins pour aller passer ces fichus examens. Maman m’accompagnait à l’école, j’étais au CE1 à cette époque ; ma sœur, elle, était en 3°. Toute la journée, j’étais frustrée, j’avais la gorge et le ventre noués mais j’essayais de ne pas y penser. A la sortie de l’école, je pouvais enfin souffler. Le soir venu, je ne vis pas papa. Ma mère m’annonça qu’il était à l’hôpital pour une deuxième greffe […]

Tu as 16 ans de souvenirs, par Maud, Lycée A. Artaud

Tu as 16 ans de souvenirs, tu habites Marseille en 2013. 9 ans pour grandir, 4 ans de calvaire et 3 ans de galère. De famille en famille, de rue en rue, le temps passe. Le paysage défile. Seule, perdue ou accompagnée. Tu te sens protégée par la vie. Et pourtant ? Si je peux vous raconter une de mes soirées qui m’a marquée, une de celles qui m’ont ouvert les yeux. Être sur ses gardes. 10h du soir, dans un salon de Chicha. Tu es avec deux amies, le sentiment de liberté au bout des lèvres. Et une crise d’euphorie intense maîtrisée par l’air oppressant et humide se présentant à […]

La moto perdue, par Mélanie, Lycée A. Artaud

Après un bon dîner que ma mère avait préparé, mon père et moi étions assis sur le canapé. Je demandai à un mon père s’ il avait quelque histoire à me raconter. Il y en avait une que j’avais déjà entendue, mais que je n’avais pas bien comprise ; voilà de quoi il s’agit. C’était une journée d’octobre 1990, il travaillait en tant que livreur. Il était dans le centre ville de Marseille chez un opticien, il livrait une tournée, sûrement des lunettes, il ne se souvient plus bien. Quelques semaines auparavant, il avait acheté une moto pour travailler. En face de cet opticien il y avait une boutique de photographe. […]