Dans les années 60 je me préparais à faire ma « communion solennelle »,
appelée maintenant « profession de foi ». Pour préparer cet événement très
festif avec une messe et des vêpres, nous avions une journée de
« préparation intensive » avec le prêtre, pour « répéter » les bons gestes et
se mettre dans un climat spirituel. Il faut croire que l’ambiance avait
atteint un certain degré de « mysticisme » car lorsque nous nous sommes
« entraînés » pour l’eucharistie, que le prêtre a présenté l’hostie en
redisant les paroles du Christ (« Ceci est mon corps… »), j’ai découvert
sur l’hostie une forme de croix et j’ai cru à un miracle. J’ai gardé le
secret de cette apparition un certain temps, me croyant appelée à une
grande vocation. D’ailleurs dans mon journal, que je rédigeais à
l’époque, j’avais écrit en anglais (pour déjouer la curiosité éventuelle
de ma mère) que j’aspirais à être woman of god !

Quelle désillusion quand j’ai découvert que la croix qui m’était apparue
était en réalité « incrustée » dans l’hostie et que tout le monde pouvait
la voir, il suffisait d’être assez proche du célébrant ! (ce qui était le
cas de notre retraite de communion…)

Josette