The head of the son

 

Adaptation de François Beaune

L’histoire date d’avant 1948, avant la création de l’État d’Israël, quand les Anglais occupaient le pays. Mon père m’a raconté cette histoire. Mon père s’appelle Fadel, et mon grand-oncle aussi s’appelait Fadel. Il était un des résistants durant la révolte palestinienne contre les Anglais avant la Seconde Guerre mondiale. Si on était pris, on était emmené à Acco (Saint-Jean-d’Acre) et condamné à mort. C’est ce qui lui est arrivé.
Quand on l’a conduit vers la pendaison, on lui a demandé sa dernière volonté. Il a répondu qu’il voulait mettre sa tête sur la poitrine de son père pour l’embrasser une dernière fois. Son père était là pour assister à l’exécution. Le fils a donc placé sa tête sur le torse du père, qui avait légèrement ouvert sa chemise, puis il a été pendu.
Après ça, le père n’a plus jamais enlevé les vêtements qu’il portait ce jour-là. Toute sa vie il a dormi, il a mangé, travaillé avec ces mêmes vêtements. Il a fallu qu’il meurt pour qu’on les lui retire.

Yisham Suleiman