A la quête du bonheur

Durant les « trente glorieuses » plusieurs hommes sont devenus rapidement riches. Parmis eux un jeune arriviste Français, Thomas Brenton, qui a réussis à gravir les échelons seul. Enfant, il a été abandonné par son père et a vécu et a été éduqué par sa mère. Même si il lui manquait son père, il restait objectif et écoutait les conseils que sa mère lui donnait, elle lui disait qu’il devait continuer à étudier, que même si son père l’avait abandonné cela faisait parti de la vie et le plus important d’entre eux était qu’il fallait rester fort car seul les faibles se font écraser par le systèmes. Alors c’est ce […]

La Méditerranée, où tout a commencé…

C’est le 14 fevrier Que ma vie s’est émerveillée Je t’ai renconté On a fait connaissance On a pris confiance On a surtout pris conscience Conscience, qu’on été attiré l’un vers l’autre Qu’il n’y avait personne d’autre Que cette histoire serait la notre Le 11 juin, Je suis décidée Je t’ai embrassé Les jours passés Notre amour grandissait C’était parfait Tu disais que tu m’aimais Tu me le montrais Et me l’écrivais Je suis tombée amoureuse de toi J’avais confiance en toi J’aurais fait n’importe quoi pour te garder près de moi Et un jours comme ça Plus rien n’alla Et cet amour se termina J’ai su que tu m’avais […]

De Khartoum au Caire, traversée de l’Egypte post-révolution

1-où je m’extrais de Khartoum et reprend la route Alors que je l’avais repoussé plusieurs fois, des problèmes de visa précipitèrent finalement le départ. Il faut dire que cela faisait près de quatre mois que je traînais à Khartoum, et je comprenais de mieux en mieux les soupçons que commençait à éveiller mon séjour prolongé: je devais visiter le bureau d’enregistrement des étrangers plusieurs fois par mois, et la police ne manquait pas de me contrôler régulièrement et inopinément, dans la rue, au marché ou à l’université. Je commençais d’ailleurs moi aussi à me demander ce que je faisais là. En quelques jours, je dis au-revoir à mes nombreux amis, […]

Journal intime de Nestor Monastyrev

Lors de la révolution russe en 1917, l’escadre de la Russie était placée sous le commandement du contre-amiral Behrens. Son équipage étant composé principalement de mencheviks, ne pouvait absolument pas revenir en Russie, par conséquence ils ont immigré avec leurs familles en Tunisie. Parmi eux, il y avait un écrivain et historien Nestor Monastyrev qui rédigeait un journal intime. Les textes ci-dessous correspondent aux premiers jours passés en Tunisie. Jour 151 : 15O jours passés sur la mer Méditerranée, 150 jours dans la misère et le désespoir, 150 jours ou l’espoir s’émiettait au fil des minutes. Et voila c’est fini ! « Je vois la Terre » – cria le […]