C’est l’histoire d’un jeune homme de seize ans qui s’appelait Many. Il aimait toujours être habillé de vêtements de marques même si sa mère n’avait pas les moyens de répondre à ses caprices. Son passe-temps était de rester avec ses amis en bas de chez lui pour comparer leurs vêtements, se taquiner et jouer au football.

Un jour, il demande de l’argent à sa mère pour s’acheter une énième paire de basket en plus de celles qu’il avait déjà. Sa maman qui arrivait à peine à subvenir aux besoins de la famille refusa en lui expliquant qu’elle avait des factures à payer en priorité. Seulement Many ne l’entendait pas de cette oreille. En colère, il claqua la porte et sortit. Voyant la scène et craignant que son fils ne fasse une bêtise, la mère prit le peu d’argent qu’elle avait et se rendit dans une célèbre rue commerçante à Marseille appelée la rue Saint-Ferréol.

Tout à coup elle vit une moto qui s’arrêta près d’elle et lui arracha son sac. La violence du geste la fit tomber et sa tête frappa le trottoir.

Vers vingt et une heure, Many rentra chez lui. Dans le salon, il vit des amies de sa mère éclater en sanglot ainsi que ses deux sœurs. Il leur demanda ce qui s’était passé. Ses sœurs le firent asseoir en lui expliquant l’agression qu’avait subi leur mère et qu’elle en était morte. Many se mit à son tour à pleurer, prit sa famille dans les bras puis alla se réfugier dans sa chambre pour pleurer sa peine. Il leva la tête, vit la fenêtre ouverte et tout en s’approchant de la fenêtre il leva les yeux au ciel en chuchotant : « je suis désolé maman je ne savais pas que c’était toi » puis il se jeta dans le vide.