Μεταλλεία

Ο μικρός έχει ξαπλώσει πάνω στις δροσερές πέτρες στη σκιά της σπηλιάς που δεν είναι ακριβώς σπηλιά, ένας σκαμμένος κόκκινος βράχος στην άκρη της παραλίας. Σκαμμένος από τη θάλασσα ή από τους εργάτες των μεταλλείων εκατό χρόνια πριν. «Σήκω!» λέει η Ελένη. «Να πάμε στο μπαμπά…» «Δεν πάω πουθενά». «Έλα σε παρακαλώ». Θα είχε χάσει την υπομονή της αν στεκόταν στον ήλιο: ξερός μεσημεριανός ήλιος που κοπανιέται κάτασπρος πάνω στις στρογγυλές πέτρες της παραλίας. Αλλά στέκεται στη σκιά της σπηλιάς. Δίπλα στο γιό της, που δεν λέει να σηκωθεί. «Μαμά; Τι είναι εδώ; Το νησί του Ροβινσώνα;» ρωτάει ο μικρός μισοκλείνοντας τα μάτια. Η Ελένη θα γελούσε αλλά δεν γελάει […]

Frustration

je vais mal je suis mal dans ma peau je sens que je souffre sans avoir mal sans ressentir quoi que ce soir sur la surface de ma peau tout est à l’intérieur j’ai une flamme inextinguible qui brule en moi et qui me consume je n’est plus goût à rien je veux juste mourir. une histoire. voici une histoire de fin on a pas toujours d’information sur les personnes qui se suicident avant leurs décision de ne plus vouloir souffrir de disparaitre de ne plus ressentir le mal qui les déchirent. ma vie a été marqué par deux où trois incident majeur et qui sont une succession de mauvaises […]

La trahison d’une terrasse, une histoire vraie de Najwa Barakat

Najwa Barakat, écrivaine libanaise, raconte dans son roman La Locataire du Pot de fer, paru à L’Harmattan en 1997, cette histoire vraie qu’elle m’avait d’ailleurs racontée à Beyrouth en juin dernier : Nous étions plusieurs à avoir vingt ans ce jour-là, lorsque nous nous rendîmes chez Paul qui habitait tout près de la fac. Nous étions plusieurs aussi à nous rappeler qu’il fallait bien baisser la tête en escaladant à quatre pattes les dalles cassées des marches, jusqu’au dernier étage où Paul vivait seul avec sa maman dans un appartement petit, mais doté d’une grande terrasse. La tête – étant la seule partie rebelle du corps qui s’entêtait à dépasser […]

Un dimanche à Allauch

il pleut, c’est la toussaint. j’entre dans une petite boucherie de quartier et le boucher me propose du rosebif ( avé l’assent)et en parant la viande, il appelle sa femme: oh, nine descends moi mon tranche ouat;j’ai eu peur sur le moment et il s’est mis à rire: c’est mon imper! c’était en 1985, j’habitais marseille depuis 15 ans , je connaissais le parler marseillais, mais là, j’ai été « scotchée »

Histoire tragique rue St Fé, par Nassima, Lycée A. Artaud

C’est l’histoire d’un jeune homme de seize ans qui s’appelait Many. Il aimait toujours être habillé de vêtements de marques même si sa mère n’avait pas les moyens de répondre à ses caprices. Son passe-temps était de rester avec ses amis en bas de chez lui pour comparer leurs vêtements, se taquiner et jouer au football. Un jour, il demande de l’argent à sa mère pour s’acheter une énième paire de basket en plus de celles qu’il avait déjà. Sa maman qui arrivait à peine à subvenir aux besoins de la famille refusa en lui expliquant qu’elle avait des factures à payer en priorité. Seulement Many ne l’entendait pas de […]

Marie d’Arménie

Marie d’Arménie

Marie, venue d’Arménie, a passé sa vie à chercher son fils disparu en 1915 lors du tragique exode des Arméniens. Pour commencer ce deuxième parcours, voici une histoire libanaise qui sort de l’ombre une femme que l’Histoire n’a pas épargnée. Audio in French

L’aviatore che salutava la mamma

L’aviatore che salutava la mamma

Des innombrables fonctions maternelles, celle qui consiste à laver le linge de son rejeton n’en finit pas d’alimenter les légendes familiales. Parfois, les fils sont prêts à tout pour attirer l’attention de leur « mamma ». Audio in Italian and text in French

Youssef, mon fils

Youssef, mon fils

Linda, une sage-femme camerounaise qui vit à Tunis, s’éprend d’un bébé né hors mariage, abandonné par sa mère. Commence alors un parcours du combattant : en Tunisie comme ailleurs, pas facile d’adopter un enfant, surtout quand on est célibataire et étrangère. Audio and text in French