Le cheval sous la mer

« ZEUS » rassemble toute son énergie pour mettre en branle ses moteurs, qui transmettent par l’arbre leur puissance à l’hélice laquelle s’apprête à couper en tranches des pelletées d’eau de mer en quantité suffisante pour me ramener au pays de mon enfance. Palerme recule dans le tourbillon d’eau troublée. Le navire cherche son cap vire et pointe sa proue sur la bouée de la Goulette. Huit heures me séparent du retour au pays natal. J’avais 14 ans quand j’ai quitté la Tunisie, à l’heure où l’histoire se déchire, c’était en fin de journée, mon père gare sa petite voiture sur le quai, au pied du petit cargo noir et […]