Les nokats (nokta au masculin) sont de petites histoires drôles, des brèves de comptoir qui tournent en dérision le quotidien et en particulier en ce moment, la vie politique. Elles se propagent dans les rues du Caire comme une traînée de poudre dans un film d’aventure.

Durant la révolution, il se racontait cette nokta :

Le général Tantaoui, chef de l’armée, vient voir Moubarak et lui dit : Ya Hosni ya Hosni, il faut que tu fasses tes adieux au peuple. Et Moubarak de répondre : Pourquoi? Le peuple s’en va ?

Parmi les dernières nokats (prononcer le t) qui se racontent au bord du Nil :

Fais attention si tu couches avec une étrangère, tu risques d’empêcher ton fils de devenir président de la République.

… en référence au leader salafiste Abou Ismaïl, dont la mère a eu le culot de faire son pèlerinage à la Mecque avec son passeport américain, ce qui a failli l’empêcher de se présenter aux élections à venir. Mais finalement, miracle de la démocratie, tout est rentré dans l’ordre :

http://www.dailymotion.com/video/xpstnp_egypte-le-salafiste-abou-ismail-depose-sa-candidature_news

Pour sa campagne, Abou Ismaïl a dépensé 31 millions de Livres égyptiennes (8 livres = 1 euro) en posters, et quasiment chaque taxi affiche sa tête de bienheureux.

C'est une barbe pour faire la poussière, me disait un ami Frère musulman.

Donc l’autre jour, un client hèle un taxi qui curieusement n’a pas la tête d’Abou Ismaïl en étendard. Le client demande au chauffeur comment cela se fait. Le chauffeur se tourne alors vers le siège passager et le client découvre que c’est Abou Ismaïl en personne qui conduit.

Omar, un brave moustachu formé en Union soviétique, pour remettre un peu d'ordre.

Sinon, Omar Souleimane, ex-spécialiste des renseignements et numéro 2 du régime Moubarak, qui s’est présenté à la dernière minute avec le soutien de l’armée, est surnommé ici la pompe (à air), cet instrument de torture que le régime utilisait pour redonner la parole aux muets. Au cours de la révolution, un slogan était répété, en hommage au martyr Khaled Saïd, battu à mort par des policiers en juin dernier : Nous sommes tous des Khaled Saïd. Le nokta-slogan de campagne d’Omar Souleimane pour la présidentielle : Vous êtes tous des Khaled Saïd.