Ça ne s’invente pas : rue d’Angleterre, au coin de la rue Charles de Gaulle, juste à côté de l’armurerie Robbana, Aux armes renommées, se cache L’Amiral, anciennement L’Auberge Alsacienne, un restaurant sans enseigne, impossible à deviner. La salle est haute de plafond, les chaises bistrot et les patères d’époque. Ici se retrouvent les gens du Marché central, qui est à deux enjambées, pour boire des Celtia bouteille ou se faire griller pour trois fois rien les poissons frais arrivés, dorade et loup d’abord.

 

Hatem Bourial est un homme drôle, cultivé, bon vivant. Nous avons dégusté un loup et une dorade chacun, puis nous avons repris deux dorades juste par gourmandise.

Le vin était si frais et les poissons si savoureux que nous avons quitté la table au crépuscule. Entre temps, Souheib, un jeune poète-comédien, nous avait rejoint.